Les nouveaux visages de la chasse

Et si la chasse n'avait pas tant mauvaise presse que l'on veut nous le faire croire ? ""Je remarque un réel décalage entre ce que disent les médias et ce que pensent mon entourage au sujet de la chasse"" Antoine, étudiant en école d'ingénieur à Paris. Comment un tel décalage a-t-il pu se créer et quel est aujourd'hui le vrai visage de la chasse dans les médias ?

De l'actualité récente de la chasse nous retiendrons, au début de la saison dernière, le ""cadeau"" fait aux chasseurs par le président Emmanuel Macron sur le prix du permis de chasser, accusé par les non-inités de pactiser avec le diable, sans prendre en compte les réalités économiques auxquelles font face les chasseurs toujours plus pressés de réguler les espèces pour le bien des activités sylvicoles et agricoles. La chasse à courre est également la cilbe d'accussations répétées sur les réseaux sociaux, où des vidéos ""choc"" sont montées et souvent reprises par les médias traditionnels sans discernement, oubliant ainsi le travail de recherche d'information nécessaire à la bonne compréhension du sujet traité. Il est aujourd'hui si facile de créer des raccourcis opposant chasse et écologie, gestion des espèces et biodiversité, que tous les médias semblent s'accorder sur un point : la chasse c'est dépassée.

Pourtant d'un autre côté, les français ne semblent pas voir la chasse d'un si mauvais oeil. Nous assistons de plus en plus à un réel ""retour aux sources"" d'une frange de la population urbaine qui s'intéresse aux campagnes, mais qui fait aussi attention à ce qu'elle met dans son assiette : français, de saison, bio etc... un état d'esprit dans lequel le gibier à toute sa place ! Et si nous regardions du côté de ceux qui font bouger les choses : les ""nouveaux visages de la chasse"" nous donnent une vision bien plus proche de la réalité sociale, économique et écologique que révèle cette passion pratiquée par 1,2 millions de nos concitoyens.

nemrod-chasseur-ecologiste-france

(photo : www.chasseursdefrance.com)

En commençant par les institutionnels qui ont bien compris l'enjeu d'une communication moderne. C'est le cas de la Fédération Nationale des Chasseurs, sous l'impulsion de son président Willy Schrean, qui a lancé en août 2018 la campagne ""Chasseurs, premiers écologistes de France ?"", montrant ainsi la volonté de redorer l'image du chasseur et mettant en avant ses actions pour l'environnement. C'est un tournant sans précédent dans la communication de l'institution. A la même période, InterProChasse lançait une campagne autour du gibier en partenariat la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT), qui a mis en place l'opération dans plus de 300 boucheries à travers la France. L'opération a été doublé d'un ouvrage parrainé par Jean-François Piège dans lequel 16 blogueurs passionnés de cuisine ont créé des recettes gourmandes et conviviales, de quoi cuisiner du gibier toute l’année.

La presse traditionnelle cynégétique est, elle, portée sur les réseaux par Baudoin de Saint-Léger et son blog Chassons.com, qui s'est imposé en peu de temps comme un média incontournable avec du contenu de très haute qualité sur tous les sujets autour de la chasse, les chiens, les armes, la cuisine, l'habillement, les salons, mais aussi de nombreux jeux-concours, preuve qu'aujourd'hui les plus grandes marques lui font confiance. On notera également son engagement auprès des femmes dans le monde de la chasse encore trop peu représentées.

Nemrod-chasse-gibier-femme-pourcentage

(photo : lecercledesliberaux.com, interview Baudoin de Saint-Léger - Club Chasse)

Peu représentées mais aujourd'hui très médiatisées comme de Johanna Clermont, étudiante en droit et bloggeuse chasse (125 000 followers sur facebook), interrogée sur sa passion dans l'émission ""Salut Les Terriens"" de Thierry Ardisson aux côté de Thierry Coste. Malgré un public et des présentateurs ne cachant pas leur côté anti-chasse, les deux représentants du monde cynégétique ont défendu avec ferveur et précision leur passion.

Sur Instagram, le compte instachasseresse animé lui aussi par une jeune chasseresse, compte lui plus de 27 000 abonnés, animant une communauté toujours plus fidèle. Plus globalement, Instagram dénombre aujourd'hui plus de 30 000 publications contenant le hashtag #instachasse, preuve de l'engouement pour le partage de leur passion par les jeunes chasseurs.

Le nombre incalculable de vidéos de chasse mises en ligne chaque saison par des amateurs ou des influenceurs témoigne également de l'engouement qu'ont les chasseurs à faire découvrir et partager leur passion. Suscitant l'admiration des internautes ou parfois au contraire attisant des débats houleux, ces vidéos ont le mérite de montrer au grand public les nombreux aspects d'un type de chasse ou d'un autre, révélant ainsi le maillage, la complexité et l'importance de la chasse sur notre territoire. Parmi les experts se trouve la chaîne YouTube de Feliew qui comptabilise 200 vidéos, plus de 54 000 abonnées et totalisant plus de 11 millions de vues depuis son lancement.

A en croire les principaux intéressés la chasse ne va pas si mal en France, et ça fait du bien ! La génération actuelle qui maîtrise les réseaux sociaux et les blogs, qui plébiscitent les rencontres connectées et qui n'a pas peur de publier du contenu photo et vidéo sur toutes les plateformes, est en train de montrer une nouvelle image de la chasse autour des valeurs du partage, de la convivialité, du respect de l'animal et des traditions, de la cuisine du gibier et de la nécessité environnementale de la chasse.

Nemrod-chasse-gibier-femme

(photo : compte Facebook @Official.Johanna.Clermont)

Laisser un commentaire

Nom .
.
Message .

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être publiés